2001 - 2021 La SFMM a 20 ans cette année !

COVID 19 et monde maritime 

Conduite à tenir à bord des bâtiments sous pavillon français                       Recommendations for ships (CDC)

Management of suspected COVID-19 on board                                                 Recommandations OMI

Guidance for Ship Operators for the Protection of the Health of Seafarers - Version 2.0

L'Article du mois

Review of the evidence for oceans and human health relationships in Europe: A systematic map
Rebecca E. Short, Daniel T.C. Cox, Yin Ling Tan, Alison Bethel, Jacqualyn F. Eales, Ruth Garside

Environment International 146 (2021) 106275

Contexte : À l'échelle mondiale, il existe de plus en plus de preuves scientifiques de relations entre les océans et la santé humaine, avec des recherches sur des problèmes tels que la pollution, les proliférations d'algues nuisibles et les contributions nutritionnelles. Cependant, les océans et la santé humaine (OHH) restent une discipline émergente. En tant que tels, ces liens sont mal reconnus dans les efforts politiques tels que les objectifs de développement durable, la relation Océans/Santé humaine n'étant incluse ni dans les objectifs marins (ODD14) ni dans les objectifs de santé (ODD3). C'est sans doute à courte vue, étant donné les récentes stratégies de développement telles que l'EU Blue Programme.

Objectifs : Dans cette carte systématique, nous visons à nous appuyer sur les efforts récents pour améliorer la relation Océans/Santé humaine en Europe, en établissant une base de données probantes existantes, en posant les questions suivantes : Quels liens ont été recherchés entre les environnements marins et les impacts positifs et négatifs sur la santé et le bien-être humains ?

Méthodes : Nous avons effectué des recherches dans huit bases de données bibliographiques et interrogé 57 organisations identifiées lors de la consultation des parties prenantes. Les résultats comprennent des recherches primaires et des revues systématiques qui ont été examinées en double aveugle par rapport à des critères d'inclusion prédéfinis conformément à un protocole publié. Les études se sont limitées à l'Europe, aux États-Unis, à l'Australie, à la Nouvelle Zélande et au Canada. Les données ont été extraites selon un livre de codes défini par les parties prenantes. Une synthèse narrative explore les preuves actuelles des relations entre les expositions marines et les résultats pour la santé humaine, les tendances des lacunes dans les connaissances et les changements au fil du temps dans le paysage de la recherche sur l'OHH. La base de données résultante est disponible sur le site du site Seas, Oceans and Public Health in Europe (https://sophie2020.eu/).

Résultats : Un total de 1 542 articles originaux ont été inclus dans la base de données, y compris ceux examinés dans le cadre de 56 revues systématiques. La recherche a été dominée par un focus américain représentant 50,1 % des articles. Un grand nombre d'articles ont été trouvés pour relier : la biotechnologie marine et les conditions cardiovasculaires ou immunitaires, la consommation de fruits de mer et la santé cardiovasculaire, la pollution chimique et les conditions neurologiques, la pollution microbienne et la santé gastro-intestinale ou respiratoire et les professions de l'industrie pétrolière avec la santé mentale. Un manque de preuves concerne les impacts directs de la pollution plastique et du travail dans un certain nombre d'industries identifiées comme pertinentes par les parties prenantes. La recherche au fil du temps est dominée par la biotechnologie marine, bien que son objectif soit restreint. La recherche sur la pollution, les aliments et les maladies/blessures suit des trajectoires similaires. Le bien-être et le changement climatique sont apparus plus récemment comme des sujets clés, mais sont à la traîne par rapport aux autres catégories en termes de volume de preuves.

 Conclusions : La base de données probantes sur l'OHH pertinente pour la politique européenne augmente mais reste inégale et mal coordonnée. Il existe une marge considérable pour une future synthèse des preuves afin de mieux informer les décideurs, bien que les examens doivent mieux intégrer les expositions complexes. Les priorités pour les recherches futures comprennent : les évaluations des polluants chimiques, les impacts mesurables résultant du changement climatique, les effets des industries marines émergentes et les évaluations régionales et mondiales des interactions OHH. La compréhension des effets synergiques sur plusieurs expositions et résultats à l'aide d'approches systémiques est recommandée pour orienter les politiques au sein de la stratégie de croissance bleue. La coordination de la recherche à travers l'Europe et des centres de recherche dédiés serait efficace premiers pas.